La cuisine, encore..

Depuis que j’habite ici, il y a déjà eu des changements dans cette cuisine. Oh je ne parle pas seulement de petites modifications en déco hein… il y a déjà eu un dégat des eaux…

Of course, sans problèmes ce ne serait pas gai 🙂 Un an après que je sois installée il y a eu une fuite dans le revêtement couvrant la plateforme de chez le voisin (idem que chez moi, cuisine ajoutée à l’arrière de la maison, et toiture plate mitoyenne à la mienne). Le haut du mur a pris l’eau et le papier peint a été abîmé, ainsi que les plaques du faux-plafond, la laine de verre a été trempée et l’eau avait ruisselé dans le plafond jusqu’au bord de l’encadrement de la coupole. Grrrrr.

DSCN0170DSCN0171Sans titre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, ce papier peint n’était plus possible à trouver, « collection terminée ». Alors, après arrachage, sêchage du mur et du faux plafond, re-belote, et re-nouveau papier !

Mais à la base il y avait 2 papiers peints différents dans la cuisine (voir photo précédente). Car comme on le verra plus tard, le vichy vert était le rappel d’un des papiers peints du salon, il me fallait donc trouver quelque chose qui irait avec le tout, la peinture verte du ‘passe-plats’, le second papier peint, mais aussi la couleur bleue des meubles..

Je voulais un papier peint imitation planches en bois et après pas mal de recherches je crois que je m’en suis bien tirée…

Passage salon vers cuisine (la barrière en bois est pour empêcher mon chien de passer dans le salon/garderie quand les enfants sont là),

nouveau papier peint

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue de ce mur avec l’ancien papier-peint,

DSCN0477

 

 

 

 

 

 

 

 

Et vue d’ensemble avec le nouveau,

035

 

 

 

 

 

 

 

Je ferai plus tard un nouvel article concernant la cuisine, pour détailler les éléments de décoration.

Et ensuite, la cuisine

La cuisine, oui.

Je remets cette photo, histoire que vous visualisiez bien le truc. Futurs salon-salle-à-manger et garderie au premier plan, et la cuisine au fond, construite dans ce qui était initialement une cour arrière extérieure. Pour tout bien comprendre, derrière cette cuisine une salle de bains a encore été ajoutée (cliquez pour agrandir, on devine la porte de la sdb tout à l’arrière plan au centre de la fenêtre) mais ça on le verra plus tard.

DSCN0271

 

 

 

 

 

 

 

çi-dessous, photo de la moitié droite de la pièce (avec un bout de la porte-fenêtre qui donne dans la cour arrière).

On ne s’en doute pas au premier abord, mais les armoires étaient complètement déglinguées et tellement abîmées et sales à l’intérieur qu’impossible à récupérer 😦 Il fallait donc tout enlever. Pour tout dire je l’aurais fait d’office, je ne voulais rien garder de ma mère

DSCN0268

Et photo du mur d’en face (latéral gauche de la maison donc)

DSCN0269

Si vous avez cliqué pour agrandir la photo çi-dessus, vous aurez là aussi vu l’état des murs 😦  Après un lessivage en règle au st Marc et puis à l’eau de javel, on a décidé de quand même tout recouvrir de plaques de plâtre sur les murs (excepté celui-ci, car y poser une cloison aurait trop rétréci le passage en venant du salon). Il a fallu aussi démonter le faux plafond (ma mère avait fait poser des plaques quelques temps auparavant, mais sans aucune isolation ! ) et en refaire un tout nouveau.

La chaudière au gaz se trouvait dans une chambre, donc trop dangereux et puis interdit par les normes, notamment de sécurité pour l’One et la garde des enfants. De plus il avait été impossible de la  remettre en marche quand on a tenté de le faire, et de toute façon elle était vieille de 35 ans donc devait être remplacée. Ben tiens, gn. Et la nouvelle on devait l’installer cette fois obligatoirement au rez-de-chaussée. Pas de place dans la salle de bains, alors j’ai eu l’idée de la planquer dans la cuisine, dans un meuble officiellement prévu pour accueillir un frigo 🙂

DSCN0417

 

 

 

 

 

 

Ensuite, l’état du sol.. 😦

DSCN0422

 

 

 

 

 

 

 

Impossible à récupérer, tout était imprégné dans le lino… Donc après lavage et désinfection à la javel, tout sera recouvert de plancher stratifié.

Chaudière camouflée, et début de pose du plancher, tadaaam !

DSCN0436

 

 

 

 

 

 

 

Mon frangin-bricolo est en plus adorable, et il me donnait les meubles de cuisine de son ancien appart. Ils sont de couleur bleue, ok financièrement je n’ai pas le choix d’être difficile, je ferai avec.. Et coup de bol, ces armoires entraient pile-poil sur le mur du fond. Euh, en jouant sur quelques centimètres avec le vide ventilé derrière le gyproc 🙂

On joue aussi les plombiers et on déplace les arrivées d’eau et la tuyauterie, puisque que l’évier se trouve dans les futurs meubles de cuisine sur le mur latéral droit, au lieu de devant la fenêtre comme auparavant.

Ici, photo avec les meubles placés. Et rien de terminé… ni la pose des carrelages, ni celle du papier peint et de la plinthe sous les meubles. Les joies du camping du début d’emménagement 🙂

DSCN0500

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce qui est la fenêtre du salon qui donnait à l’origine dans la cour d’avant-cuisine,  ma mère avait gardé le vitrage. Mais je l’ai fait enlever, ainsi que le châssis, pour ouvrir au maximum la pièce. J’avais demandé à mon frère qu’il m’emballe le tout avec des plaques de MDF de façon à ce que je récupère la largeur des 2 appuis de fenêtre pour pouvoir y déposer des plantes, ou autre. Et aussi que les plaques verticales soient prolongées en largeur de façon à fabriquer côté salon des étagères, selon un plan que j’avais dessiné.

Photo prise depuis le salon avant la pose des plaques de MDF  (Et oui, on travaillait en musique 🙂  )

passe plats

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis le frangin y venait en journée pendant ses congés, alors que moi je travaillais toujours et n’y venais que le soir. Il m’appelle pour me dire : j’ai fermé l’encadrement, et je t’ai fait un mééééga passe-plat 🙂 Heu… me réjouis de voir ça….

Et voilà !  (photos prises là aussi depuis le salon, et après le déménagement….MDF peint, et tapissé) on ne se rend pas bien compte mais en fait de « passe-plat », il fait dans le bas 1,40 mètre de profondeur ! Car mon frérot avait eu l’idée de prolonger les appuis de fenêtre côté cuisine, histoire de faire une tablette où manger. Et de prolonger aussi un peu côté salon, jusqu’à recouvrir le radiateur et pouvoir donc créer les étagères.

002Sans titre

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue du côté cuisine,

007

 

 

 

 

 

 

 

Dans le prochain article je vous parlerai de nouveaux travaux dans cette cuisine…dûs à un dégat des eaux…

Le fameux plafond

Aaaah, le plafond. Il m’en a fait voir, celui-là 🙂

Souvenez-vous.. Des poutres transversales que je voulais garder visibles, ainsi que les voliges perpendiculaires et les planches, qui formaient en réalité le plancher de l’étage.

Mais, ma mère avait voulu, 25 ans plus tôt, isoler ce plafond. Tu parles d’une isolation efficace, des plaques de frigolite d’1 cm d’épaisseur ! (sur la photo voyez ces plaques -à l’origine blanches mais bien brunies de nicotine)

DSCN0270

 

 

 

 

 

 

 

Pour décoller les plaques, armée d’une palette à détapisser j’ai tout dégommé. Et encore rempli des sacs et des sacs poubelles, tout se cassait en petits morceaux au fur et à mesure que je décollais.

Le souci, c’est que le « colleur » s’en était donné à cœur joie ! Je ne m’attendais pas à ça :-/  En fait de colle, un mastic durci autant que de la pierre, et fameuses les taches ! au moins 6 cm de large…et ça tenait drôlement fort ! Z’avez vu le nombre qu’il y en avait? C’est de l’acharnement moi je dis. (sur cette photo le mastic a déjà été décollé)

DSCN0272

 

 

 

 

 

 

 

On a tout essayé avec mon frangin. Les solvants, les produits spéciaux, rien ne marchait. J’ai donc repris ma palette à détapisser, et un marteau…

On a compté, pour chaque point de mastic il fallait au moins 30 coups de marteau pour que la lame ait tout enlevé. ! 4 mètres x 8,5 ..compatissez les gens, et imaginez le nombre de cloches aux mains…. J’y venais tous les soirs après ma journée de boulot, je travaillais jusqu’à 23h puis je reprenais le bus pour rentrer chez moi, vers minuit. Ce plafond, je l’ai haï 🙂 Et ce n’était pas encore fini…

Parce que j’avais une idée bien précise depuis le début, je voulais qu’il soit entièrement repeint en blanc. Je m’entends encore dire à mon frère : « Bah dégommer les plaques? 1 ou 2 soirées ! Nettoyer le tout au st Marc idem, on laisse sêcher puis hop, je repeins ça le samedi et la semaine prochaine le plafond est fini »

C’est ça, rêve…

J’ai mis 2 semaines (seulement les soirées) pour enlever le mastic. Puis le samedi suivant, perchée sur mon échafaudage et armée de st Marc bien mousseux et d’une énorme éponge me voilà à l’attaque.

C’était sans compter sur la nicotine… aussitôt la mousse étalée, elle devenait brunâtre et me coulait le long du bras.. J’appelle mon frangin, en pleurs. Je déteste ma mère, je hais cette crasse et tout le plafond et je ne veux plus habiter ici !

Il me dit de tout arrêter, il faudrait au moins le laver 2 fois et le rincer autant, et ce n’est pas possible c’est trop dégueu de se faire tout dégouliner dessus, il viendra demain avec un karcher professionnel (?)

Les gens…..le karcher, même réglé au minimum, ça déménage ! Mon frangin sur l’échafaudage, avec tout qui lui retombait dessus -couleur café noir-, et moi au sol avec une raclette, qui tentait de pousser le « café » dehors. Les voisins sont même venus voir, inquiets de ce que l’on sortait comme quantité d’un liquide pareil.. On a fait tout le plafond une fois, on a essuyé comme on pouvait toutes les gouttes qui restaient sur le bois et puis on est rentrés se doucher, entre 2 nausées.

Quand ça été bien sec, j’ai débarqué avec ma peinture.. 1er coup de pinceau, et la couleur blanche vire au brun, tout est encore imprégné de nicotine ! Alors j’ai cherché, j’ai appelé les magasins de peinture, de bricolage, et j’ai finalement trouvé LE produit miracle. Prévu pour tout couvrir, des taches de nicotine et même jusqu’aux taches de rouille paraît-il. Pas folle la guêpe, j’achète d’abord un petit pot de ce produit hors de prix histoire de tester. Et ça marche ! En plus il est blanc, que demander de plus?

Heu…qu’il soit moins épais, plus facile à étaler peut-être…. consistance d’une mayonnaise (après le café, restons dans la bouffe 🙂 ), et à mettre au mini rouleau. Mais d’abord, enduire de mayo toutes les interstices des planches, et tous les angles au pinceau. Ensuite c’est donc avec un rouleau de 6 cm de large (vous avez bien lu) que j’ai enduit les 34 mètres carrés. 3 semaines en soirées, plus 2 week-ends j’ai cru que je n’en verrais jamais la fin 🙂

0001

 

 

 

 

 

 

La suite de la pièce de séjour/garderie…. dans un prochain épisode 🙂